• Edition La Voyageuse-L'Harmattan 2019
  • La dernière fille du soleil
  • Captation intégrale de
  • La mensuelle - Septembre 2020
  • Atelier de mutualisation des outils de création - 15 octobre
  • Mardis midi - Mon grand père ce robot

Tous les événements >

Le mot du président Vincent Dheygre - Covid-19

Lettre aux adhérents

Chères adhérentes, chers adhérents,

A cause de cette crise sanitaire sans précédent, une fois encore notre Mensuelle, occasion régulière d’échanger avec vous et de vous informer de nos actions, de nos rendez-vous, a dû être annulée.

Aussi, pour vous tenir au courant de nos démarches et maintenir ce lien indispensable au bon fonctionnement et à la vitalité de notre association, j’ai considéré que vous écrire était à nouveau nécessaire : d’aucuns considéreront que la fréquence de mes billets est trop élevée, d’autres pas assez, j’espère qu’elle conviendra au plus grand nombre.

Mes premières pensées vont à nouveau vers celles et ceux d’entre vous qui ont été frappés le plus durement et qui ont eu dû faire face au deuil d’un proche. Je sais combien en ces circonstances les mots peuvent sembler vains et creux mais je veux leur témoigner l’attention que toute l’association leur porte en ces heures douloureuses.

Je présente aussi au nom des E.A.T mes vœux de prompt rétablissement à nos adhérentes et adhérents touchés par les formes agressives du CoVid-19.

Je n’ignore pas que beaucoup d’entre vous ont eu à affronter immédiatement -et affrontent encore- l’impact économique  de la crise. En confinement, dans des conditions peu propices à la sérénité et à la création, à travers le prisme déformant de l’enfermement, certains d’entre vous ont peut-être cru à l’inaction  ou pire, à la sidération de vos élus. Et il est vrai qu’initialement, nous avons trop peu communiqué sur nos actions, trop occupés à les mener, pressés par l’urgence et devant prendre des décisions souvent inconfortables.

Ces premières mesures, dont le paiement avancé et  intégral des interventions dans les établissements scolaires avec l’aide de la Fondation du Crédit mutuel, ont déjà été déclinées dans un précédent billet.

Depuis, nous avons considérablement augmenté notre présence dans l’espace médiatique, en prenant néanmoins soin de préserver les liens avec nos principales tutelles. Nous avons publié un interview-alarme dans la Lettre du spectacle, une tribune dans l’Humanité.fr relayée sur différents sites spécialisés, un appel à l’organisation des Etats-Généraux du Off avec les Actrices et Acteurs de France Associés, les Sentinelles, et le Syndicat National des Entreprises du Spectacle.

Nous avons aussi porté en continu la voix des E.A.T au sein des réunions interprofessionnelles avec les  Chorégraphes Associé.e.s,  le Syndicat National des Auteurs et des  Compositeurs, le Syndicat National des Metteurs en Scène, le Syndicat National Des Entreprises Artistiques et Culturelles, le Syndicat National des Directeurs de Théâtres Privés, l’Union des Créateurs Lumière, l’ Union Des Scénographes.

Nous échangeons régulièrement avec la Charte des illustrateurs et la Ligue Professionnelle avec lesquels nous avons signé plusieurs courriers appelant à l’élaboration  d’un véritable statut pour les artistes-auteurs.

Nous transmettons à la SACD, à la SGDL et au CNL nos informations et nos remarques, tant pour améliorer les conditions d’obtention des aides aux auteurs que pour en augmenter le montant. Sur ces aides, nous vous  avons relayé toutes les informations dont nous disposions ainsi que leurs mises à jour. Nous avons conseillé et accompagné chaque adhérent qui nous en fait la demande pour la rédaction de son dossier d’aide

Par le biais du Conseil Permanent des Ecrivains, nous sommes également impliqués dans les nouvelles négociations avec le Syndicat National des Editeurs, dans la rédaction des préconisations adressées aux parlementaires sur le statut de l’auteur et dans la préparation des rendez-vous avec le Ministre de la Culture.

Dans la crise, nous avons souhaité faire entendre la spécificité des auteurs dramatiques, faire acte de pédagogie sur leurs droits et sur leur situation catastrophique au sein de la chaine de production théâtrale.

Nous avons resserré les liens avec les Etats Généraux des Ecrivaines et Ecrivains de Théâtre, et sommes en train de travailler à une action commune, afin de parler d’une seule voix.

Force est de constater que, malgré tous nos efforts, ce signal d’alarme n’a pas été encore  été entendu par les pouvoirs publics. Les auteurs dramatiques et tous les auteurs de l’écrit ont cherché désespérément un signe à leur intention dans le discours du Président de la République.

Nous continuerons néanmoins inlassablement à solliciter les services de l’Etat,  à leur signifier notre colère grandissante devant une telle absence de considération pour les créateurs que nous sommes, garants initiaux du dynamisme culturel de notre pays ainsi que de la vitalité du débat démocratique.

En matière de démocratie interne, nous mettons tout en œuvre à la demande du Conseil d’Administration pour que notre assemblée générale puisse se tenir en temps et en heure grâce aux moyens modernes de consultation et de communication, et que vous puissiez élire vos représentants au conseil d’administration afin de préparer l’avenir et aussi comme un acte de résistance, un acte de vie face au CoVid.

Sans vouloir trop jouer les Cassandre, cette crise va durablement impacter nos professions.  Il est très difficile à l’heure actuelle d’en prévoir les proportions et toutes les conséquences puisque ni la Science, ni les Institutions ne peuvent pour l’instant nous éclairer sur le déroulé sanitaire des prochains mois.

En matière économique et politique, nous savons par contre que cet effondrement  est le pire depuis 1929, et que l’Europe y joue sa survie.

Si la voie vers la transformation des EAT en syndicat paraît plus que jamais la voie à suivre, elle est néanmoins semée de multiples embuches et ne sera pas une ligne droite et tranquille. Bien évidemment, cette évolution ne peut se faire sans tenir compte de la réalité sanitaire et de ses conséquences :

- Comment jusqu’à la réouverture des théâtres orienter les dispositifs d’aide, en modifier le fonctionnement, assurer leur pérennité ?

- Est-il possible pour les auteurs de s’inscrire dans une économie de quart de jauge ?

- Quelle protection sociale pour l’autrice et l’auteur sans revenus ?

- Une politique durable de commandes de l’Etat est-elle possible ?

- Peut-on aboutir à une plus grande intégration des autrices et auteurs dramatiques  au sein des équipes de production et dans quelles conditions économiques ?

- Les droits accessoires doivent-ils le rester ?

- L’auteur doit-il devenir un salarié comme les autres, couvert par l’assurance chômage, sans pour autant remettre en cause ses droits et ses modes de création ?

- Comment inscrire la parité dans tous les dispositifs existants ou envisagés ?

- Comment simplifier et défricher la jungle administrative du statut de l’auteur ?

 Voici quelques-unes des questions posées par la crise ou devant la prendre en considération. Personne, à cet instant, n’en a véritablement les réponses.

Pour assurer l’avenir, pour mener et continuer ce combat engagé il y a vingt ans, pour affirmer l’existence et la nécessité des EAT, nous avons besoin de vous, de votre soutien, de vos idées et propositions, de vos actions.

Aussi, je souhaite que des commissions se mettent en place avec les élus du CA pour l’éclairer dans ses choix et leur mise en œuvre concrète, pour continuer à mener les combats engagés, pour défricher et affiner les thèmes et les futures priorités des E.A.T, attirer à nous de nouveaux adhérents, leur donner une information rigoureuse et régulière sur l’exercice de notre métier, et pérenniser ainsi notre outil dédié à la diffusion de l’écriture dramatique contemporaine et à la défense du statut de l’auteur.

Nous avons besoin de vous, et malgré la peur, l’angoisse du lendemain, les risques de division, nous devons continuer à rêver le monde, tenter de le rendre meilleur, construire notre avenir pour nous-mêmes et pour les jeunes créatrices et créateurs de demain.

Vincent Dheygre

Date
Du 12 mai 2020 au 30 juin 2020 de 00H00 à 23H59
retour en haut de page