• Parce que je le veux bien (dans la peau de Liliane B)
  • Teaser littérature
  • "Oiseau de malheur", nouvelle - Concours ShortEdition
  • "Un moine peut en cacher un autre", nouvelle - Prix Léonard de Vinci - ShortEdition
  • 5 ans d'âge, drame drolatique
  • La Folle Comédie sera créée par le Club théâtre du collège français de Toronto
  • Focus #49 / David Nathanson
  • C'est bon. E ok. Rendben. This is just a story.
  • La mensuelle de mai
  • Résidence éphémère
  • La fête de la terre et des mots
  • Atelier de mutualisation des outils de création
  • Mardis Midi : Tom
  • Total Action
  • En Aparté avec Natacha de Pontcharra
  • La pelle et l'aspirateur

Tous les événements >

Didier Gauroy / Pratiquer l'oral

Btn Retour

Pratiquer l'oral /

 
  • public : 2 classes d’apprentis agricoles en situation scolaire et sociale précaire. Chaque classe intègre toujours 1 ou 2 jeunes venant d’IME (Instituts Médico-Educatifs) :
    - 1 classe de pré-apprentis âgés de 14 ans, en 1re année de CAP
    - 1 classe d’apprentis en 2nde
  • nom de la structure invitante : Lycée agricole Charles Baltet / EPL de l'Aube à Saint-Pouange (10)
  • nombre de personnes : 40
  • date : de septembre à juin reconduit chaque année depuis 2011
  • durée d’un atelier : 2 heures

 

Guillemets Ouvre 70x

Les textes contemporains : un outil pour mieux les toucher

Je pars toujours d’un répertoire de textes contemporains dont les thèmes, les préoccupations ou le langage parfois plus cru – comme ceux de Rodrigo Garcia – sont plus en phase avec leur univers. Ces textes contemporains sont un biais pour mieux les toucher.

Les écritures contemporaines présentent aussi des libertés formelles, comme l’absence de ponctuation ou le saut à la ligne systématique.

Cette spécificité remplit un double objectif. L’absence apparente ou le détournement des règles de la langue française décomplexe ces jeunes sur leurs grandes lacunes en écriture. Réactiver leur confiance et leur estime de soi est le premier impératif. Ces écritures permettent de leur signifier que des chemins différents existent, qu’ils peuvent les emprunter, s’y engouffrer et les assumer.

Et, par effet d’inversion, elle leur faire prendre conscience de l’importance de ces règles, de leur sens, et que pour en jouer, il faut les maîtriser…

 

Retrouver une aisance dans la prise de parole

Nous lisons à voix haute, individuellement ou en polyphonie. Je canalise les élèves sur le rythme, la respiration, l’exigence de précision qu’indique le texte.

Avec cet exercice de lecture, les élèves retrouvent une certaine aisance orale qui leur est indispensable dans leurs relations au quotidien. Avant l’atelier, ces jeunes craignaient le rapport à l’adulte. Ils trouvent avec la lecture une base plus solide pour dialoguer et gagner en confiance. Et cette fonction de désinhibition est fondamentale pour ces apprentis qui entrent très tôt dans l’univers professionnel. Pour la plupart d’entre eux, c’est une véritable découverte du langage.

 

Ancrer et personnaliser le langage

À ceux qui parviennent à franchir le cap de la peur, je leur propose un autre exercice : « Écrire à la manière de… »  sur la base des textes lus, avec des contraintes telles que écrire sans un verbe. Bref, j’essaie de leur montrer la diversité des formes d’écriture afin qu’ils les explorent et se les approprient.


 

retour en haut de page