• Parce que je le veux bien (dans la peau de Liliane B)
  • Teaser littérature
  • "Oiseau de malheur", nouvelle - Concours ShortEdition
  • "Un moine peut en cacher un autre", nouvelle - Prix Léonard de Vinci - ShortEdition
  • 5 ans d'âge, drame drolatique
  • La Folle Comédie sera créée par le Club théâtre du collège français de Toronto
  • Focus #49 / David Nathanson
  • C'est bon. E ok. Rendben. This is just a story.
  • La mensuelle de mai
  • Résidence éphémère
  • La fête de la terre et des mots
  • Atelier de mutualisation des outils de création
  • Mardis Midi : Tom
  • Total Action
  • En Aparté avec Natacha de Pontcharra
  • La pelle et l'aspirateur

Tous les événements >

Philippe Rousseau au Festival de Théâtre de Blaye

Btn Retour

/ Écrire le désir /

 
  • public : personnes présentant des troubles cognitifs
  • nom de la structure invitante : Les Chantiers Théâtre de Blaye et de l'Estuaire
  • lieu de l’association : Blaye (33)
  • nombre de personnes : 20
  • date : août 2006
  • durée d’un atelier : 4h

 

Guillemets Ouvre 70x

Le Festival de Blaye offrait un atelier d’écriture à un public de festivaliers auxquels s’est adjoint un groupe de « traumatisés crâniens », accompagnés de leurs éducateurs. Ce groupe de cinq à six traumatisés crâniens était donc mêlé à une vingtaine de participants.

J’ai choisi le thème du « désir » pour conduire cet atelier. Les participants ont au préalable établi une liste de désirs, constituant la matière première du texte qu’ils allaient rédiger. Les traumatisés crâniens, souffrant de handicaps tels que la perte des facultés d’écrire, de lire ou d’élocution, pouvaient s’appuyer sur l’aide de leurs éducateurs pour rédiger le texte qu’ils avaient en tête ou encore pour le lire au moment de la restitution de l’ensemble des textes.

Une expérience d’échanges très émouvante pour l’ensemble du public qui finit par un beau contrepied avec une interrogation finale : « Qui est handicapé ? ». Car les participants ont bien pris conscience de la difficulté d'écrire, même lorsque l’on est valide.

Expérience émouvante aussi quand certains « traumatisés crâniens » ont pris eux-mêmes le crayon et la parole. Les textes ont été raccourcis par la double difficulté d’écrire et de lire mais on y a gagné en qualité et en émotion. 

 

retour en haut de page