• Parce que je le veux bien (dans la peau de Liliane B)
  • Teaser littérature
  • "Oiseau de malheur", nouvelle - Concours ShortEdition
  • "Un moine peut en cacher un autre", nouvelle - Prix Léonard de Vinci - ShortEdition
  • 5 ans d'âge, drame drolatique
  • La Folle Comédie sera créée par le Club théâtre du collège français de Toronto
  • Focus #49 / David Nathanson
  • C'est bon. E ok. Rendben. This is just a story.
  • La mensuelle de mai
  • Résidence éphémère
  • La fête de la terre et des mots
  • Atelier de mutualisation des outils de création
  • Mardis Midi : Tom
  • Total Action
  • En Aparté avec Natacha de Pontcharra
  • La pelle et l'aspirateur

Tous les événements >

Sélection 2017

 

Les 10 textes dans l'ordre de sélection du comité de lecture tout public des E.A.T.
Les textes marqués d'un astérisque sont programmés aux Mardis Midi - Théâtre 13/Seine - saison 2017-18.

   


MATHILDE  (ou comment sauver sa peau)* de Geoffrey Dahm

Un père et une mère reçoivent un appel téléphonique. C’est leur fils qu’ils n’ont pas revu depuis des années. Il annonce sa prochaine venue et sera accompagné d’une fille, Mathilde. Mais lorsque Mathilde arrive, elle annonce aux parents la mort de leur fils…

Entre une mère soumise et un père bourru, Mathilde tente de faire ressurgir le passé, son passé où comme enfant, elle préférait l’habit des filles à celui des garçons, les déclinaisons au féminin plutôt qu’au masculin. Où des termes comme ‘homosexualité’ et ‘transidentité’ étaient tus dans ce huis-clos familial.

Accompagnée du fantôme du fils, de ce qu’elle était, Mathilde vient se présenter pour la première ou bien pour la dernière fois à ses parents.

Personnages : 2H / 1F

 


J’AI PRIS MES JAMBES À MON CORPS (Broderie autour du motif de la Barbe-Bleue)
de Mélodie Etxeandia 

Jour de fête : Barbara et Le Plus Jeune se marient. Jour de tristesse : la voiture des parents de la jeune épouse percute celle des mariés. La mère meurt sur le coup et Barbara y perd l’usage de ses jambes.

Au sein de la demeure du couple, commence alors la ronde sans fin des nuits sans matin. Le Docteur, personnage excentrique omniprésent, mène dans le secret de son laboratoire des recherches particulièrement intéressantes aux yeux de Barbara : des prothèses de jambes. Cependant, les deux hommes semblent hostiles à laisser Barbara pénétrer dans cette pièce.

Personnages : 2H / 1F

 


NE BOUGE PAS de Bernadette Pourquié    

Le parcours de Léna, jeune femme sur scène mais petite fille puis adolescente dans l'évocation, qui a grandi trop vite. À l'adolescence, elle refuse de tout son corps de grandir davantage, quitte à se mettre en danger. Pas de leçon ni de solutions toutes faites au problème de l’anorexie mais le récit de sa résilience. Via la mise en scène de la solitude, l'incapacité à exprimer, même avec la famille, jusqu'au silence brisé.

Dans le désordre de l'invasion des souvenirs, suivant le cheminement de l'alphabet grec, qui donne sens à son prénom, le personnage principal en convoque d'autres (la mère, le père, la grand-mère, la prof de musique, des lycéens). Êtres proches qui se cherchent, poussés par la nécessité de prendre un jour en main leur destin. Tout est vu par le prisme de Léna qui, en proie à un fort sentiment d'abandon, finit par se projeter dans l'avenir, dans une démarche de reconstruction de soi positive.

Personnages : 1 comédienne (joue plusieurs personnages) ou 2 comédiennes (si la mère est sur scène)

Bourse d’écriture du CNL 2015 - Résidence à la Chartreuse

 


LE PROJET* de Luisa Campanile

Marie, enseignante de littérature, fait face une classe d’adolescents peu aptes au système scolaire. Pris entre des recherches de stages et une perte de sens de leur trajectoire dans la société, ses élèves la prennent pour cible. Toutefois, enseignante et élèves se retrouvent unis dans le démantèlement matériel du système éducatif. Le laboratoire social que représente l’école devient, avec la pièce Le Projet, le lieu possible de l’interrogation des apprentissages du vivre ensemble et de la démocratie.

Personnages : 2H, 3 ado, 1 enfant / 1F, 4 ado

 


FARTLEK d’Anne-Christine Tinel

Un groupe de collégiens en section sportive, spécialité natation, effectue en car le trajet allant de l’établissement scolaire à la piscine. Le professeur de sport, une femme, descend pour faire traverser quelques élèves d’une autre section. L’enseignante fait l’objet de sarcasmes, l’ambiance se dégrade. Le chauffeur  intervient pour rétablir l’ordre mais son autorité est récusée, c’est l’escalade. L’altercation avec l’adulte se déroule selon le rythme d’un entraînement sportif dans lequel les jeunes nageurs mènent la danse.

Fartlek, mot suédois dont la traduction pourrait être “jeu de vitesse”, désigne une méthode d’entraînement qui consiste à fractionner une distance de nage en alternant le rythme des parcours. Dans un monde où la violence se banalise, où le conflit remplace le désir de vivre ensemble, l’incivilité constitue un acte d’insoumission, d’aspiration à la liberté.

Personnages : 2H / 2F / 1 chœur d’adultes / 1 chœur d’adolescents

 


DÉNÉBULER* de Cyril Hériard Dubreuil

Tragédie d’anticipation.

Dans cette société, les grands groupes privés ont propriété sur tout, y compris sur les organes humains.

Titi et Kim sont deux jeunes escort-girls qui appartiennent à la corporation Kopro. Kim est alcoolique. Titi est sobre, et comme son corps est en bon état, elle est emmenée pour la greffe de son cœur sur une petite fille d’un cadre supérieur. Elle hérite d’un cœur artificiel. Titi revient très affaiblie par l’opération. Elle prend la décision de se mettre à boire pour détériorer son corps. Cela lui donne l’idée d’une révolution d’une forme nouvelle : la Révolution Éthanol. C’est simple : entraîner les opprimés à boire beaucoup, partout, beaucoup et tout le temps.

La  révolution réussit. Mais quel pouvoir prendra la place de l’ancien ?

Dénébuler est le troisième volet d’un projet social plus global : le cycle des Révolutions passives, où les résistances psychiques ont remplacé les armes.     

Personnages : 3H / 3F

 


LES 400 COUPS DE PÉDALE* de Quentin Laugier

Au milieu du bruit du monde, trois destins se font écho. Celle d’Ariel Coccinelle, drag-queen en changement de sexe et éclipse inversée, désespérément bouffie d’amour. Celle de David, étudiant rongé par une ultra-violence poétique, qui se fait un devoir absolu d’aider son prochain à n’importe quel prix. Et celle de Dario, nouveau messie du cinéma d’auteur coincé dans la tourmente de son prochain tournage entre une équipe qui se décompose et un sujet polémique.

À travers des tableaux fragmentés qui vont peu à peu se lier, une dizaine de personnages cherche son chemin à tâtons dans les remous bouillonnants de notre société et en dessine une épopée moderne.

Personnages : 11H /  5F

 


D’AVOIR PLEURÉ À L’HYPERMARCHÉ* de Tristan Choisel

Un homme et une femme, animés pour leurs semblables d’un fort sentiment de fraternité, découvrent dans leur boîte aux lettres un courrier anonyme et laconique : "Ne recommencez jamais ça". Qui se trouve derrière ces mots ? Et que leur demande-t-on de ne jamais recommencer ? Le corbeau fait-il allusion à leur passé révolu de provocateurs ? Ou bien est-ce d’avoir pleuré à l’hypermarché il y a quelques jours ? Dans l'univers absurde de cette pièce, les indésirables sont seuls face à l'agresseur, et face à cette question insoluble : qu'avons-nous personnellement commis pour être haïs à ce point ?

Personnages : 1H / 1F

 


D’URINE ET DE FER* de Michel Gendarme

Cadet est parti étudier en Europe. Aîné, qui rêvait de devenir forgeron du village, a été «sacrifié» pour lui. Les massacres éclatent. Cadet ne peut rentrer au pays que lorsque la situation s’apaise. Sa fiancée a été violée, tuée. Aîné est devenu aveugle. Cadet tente de le sauver en s’enfuyant vers l’Europe avec lui.

Par delà leur histoire personnelle, ce texte traite de l’émigration. Ici ni documentaire ni thèse édifiante, mais une plongée dans des mondes oniriques et mythologiques qui nous disent tout autant, sinon plus, de cette condition humaine...

Cette pièce est le premier volet de la trilogie Terre Abusive. Le second volet s’intitule Le Voyage d’Amadou (les survivants), le troisième Sous le vert gazon, il y a une belle merde (les vivants).

Personnages : 4H / 3F

 


VALSE* d’Eva Bondon 

Une femme, après l’abandon de ses deux filles et vingt ans d’absence, retourne sur ses pas pour briser le silence et les rancœurs. Elle découvre leur vie : celle d’Eryne, la plus jeune des deux sœurs qui s’enferme dans la réalité-fictive du petit écran pour mieux fuir les fantômes du grenier ; et celle d’Hélène, l’aînée, qui veille au grain, soigne, nourrit et jongle depuis toujours avec les balles que la vie a posées sur son passage.

Dans ce microcosme familial, Marc, son compagnon, tour à tour protecteur et manipulateur, enferme dans un caméscope les souvenirs qu’il ne voudrait jamais perdre. Comment renouer le contact ?

 


2018 / 20162015 / 2014 2013 / 2012 2011 / 2010 / 2009 sélections précédentes

 

retour en haut de page