• SIGNÉ DUMAS
  • Phèdre, ni de Racine, ni de Sénèque, ni d'Euripide
  • Speculum
  • Teaser littérature
  • Les yeux d'Anna (Lansman Editeur), mise en scène Cécile Tournesol
  • La mensuelle de janvier
  • En Aparté avec Huguette Hatem
  • Infiltration #4 – Range ton coeur et mange ta soupe de Marjorie Fabre
  • Atelier de mutualisation des outils de création
  • Mardis Midi : Il est parti, Gus

Tous les événements >

Espace adhérent

Violaine DE CARNÉ

Paris

Parcours


Après Hypokhâgne et une maîtrise d’Histoire à la Sorbonne, Violaine de Carné intègre en 1992 l’ESAD (Ecole Supérieure d’Art Dramatique) pendant trois ans. Elle élargit ensuite sa pratique artistique au chant, au clown, au masque, au mouvement, par le biais de stages avec des metteurs en scène comme Ariane Mnouchkine, Jean Pierre Vincent, Philippe Adrien, Alain Françon, François Rancillac.


Comme comédienne


Elle privilégie souvent les projets de création et joue dans de nombreux spectacles :

    - Mademoiselle Julie de Strinberg : m.e.s / Daniel Amar, Théâtre 95 de Cergy,
    - Armor d'Elsa Solal : m.e.s / P. Boulay, T.G.P. de Saint-Denis,
    - Le Jeune Prince et la Vérité de J.-C. Carrière (m.e.s / E-A Maillet, CDN de Sartrouville).

En 2009-10, avec l’auteur en scène, François Chaffin, elle joue dans :
    - La première fois que la nuit est tombée (SN de Saran),
    - Nous sommes tous des dictaphones (SN de Dunkerque, Scène Conventionnée de Bellac, Théâtre de l’Opprimé à Paris)

En 2012/2014 :
    - Hiver de Jon Foss, m.e.s / E-A Maillet, S.N de La Ferme du Buisson, Théâtres de l’Etoile du Nord et de l’Opprimé, Théâtre de L’Onde à Vélizy et Théâtre 95.

Au cinéma, elle tourne avec Abdellatif Kéchiche dans La Graine et le Mulet en 2006 et dans La Vénus Noire en 2009.



Comme autrice et metteuse en scène : le théâtre olfactif


Parallèlement à son travail de comédienne, ayant soif de « formes nouvelles », elle crée la compagnie Le T.I.R et la Lyre en 1999 pour donner vie à ses propres créations. Son premier spectacle sera Revendications Galantes ou le Cabaret des Filles de Joie, puis elle écrira Chœur d’artichaut ou l’Alchimie du goût en 2003, deux créations mêlant musique et théâtre.

En 2006, l’écriture et la mise en scène se poursuivent avec L’Encens et le Goudron, un spectacle sensible qui traite des troubles du langage et de la mémoire. Pour l’écrire, elle suit pendant huit mois des patients en rééducation à l’hôpital de Garches. Par le prisme des odeurs, elle aborde avec cette pièce un travail autour des troubles du langage, de la mémoire. Ce spectacle aborde un thème qui lui est cher, celui de l’altérité et de la différence. À la musique et au texte s’ajoutent la vidéo et… les odeurs. Elle oriente alors son travail théâtral autour de l’olfactif, des sens et de nos perceptions. Des stages d’écriture et de théâtre olfactif sont imaginés et mis en place par Violaine de Carné.

Le monde de l’olfaction lui ouvre un terrain de recherche artistique, scientifique et philosophique. Nourrie de rencontres, d’échanges avec de nombreux parfumeurs mais aussi des scientifiques (neurobiologistes de l’olfaction) et une philosophe (Chantal Jaquet), elle intègre le projet KODO, projet de recherche scientifique, philosophique et artistique, financé par l’ANR, autour d’une esthétique olfactive. Violaine de Carné a rédigé un article sur le théâtre olfactif dans l’ouvrage collectif paru en juin 2015 L’Art olfactif contemporain, publié sous la direction de Chantal Jaquet aux éditions Classiques Garnier.

Les ateliers de recherche olfactive qu’elle a développée avec différents publics, la mènent en 2012/2013 à l’écriture et à la mise en scène d’une nouvelle création Les Parfums de l’âme. La pièce est une exploration du sens de l’odorat autant qu’une réflexion sur la question de l’identité.

De 2013 à 2016, elle crée des visites théâtrales et olfactives, spectacles déambulatoires, mettant en valeur des lieux patrimoniaux et/ou des œuvres d’art par le prisme de l’odorat : Parc de la Villette, Domaines de Chamarande et de Méréville (91), Institut du Monde Arabe, Château de Gif-sur-Yvette, Maison Foujita, Ville de Joinville-le-Pont etc. À chaque visite, prenant en compte la particularité des lieux et des œuvres, Violaine de Carné écrit une nouvelle dramaturgie, un nouvel « épisode » toujours interprété par deux personnages : Iris du Pistil et Capucin Le Blaze, chercheurs au sein du CIRSDEO (Centre International de Recherche Scientifique, Département Extraction Olfactive).

Violaine de Carné poursuit aujourd’hui sa réflexion théâtrale et olfactive avec la création d’un spectacle jeune public La Bête…, adaptation contemporaine de la Belle et la Bête. Le personnage de La Bête ne sera pas représenté physiquement, mais évoqué, convoqué par la voix et l’odeur. En mai 2016, la pièce de Violaine de Carné a été lauréat du Centre National du Théâtre, dans la catégorie Dramaturgies Plurielles.


Types d'interventions :

Atelier d'écriture ponctuels, Atelier d'écriture suivis, Rencontres, discussions, Lectures, Stages de théâtre olfactif
Disciplines : Jeu, Mise en scène, chant
Publics : Primaire, Collège, Lycée, Adultes, Milieu Hospitalier, Personnes Handicapées, Maison d’arrêt de Nanterre

Ma démarche

Les odeurs liées à l'écriture et au jeu pour libérer les émotions et laisser parler notre part d'intime... Aborder les différences culturelles par l'intermédiaire des odeurs.

Mes ouvrages

Titre Infos
Choeur d'artichaut ou l'alchimie du goût 2003,L'encens et le Goudron 2006, Parfums de l'âme 2011, Ecriture à la commande : Les visites Théâtrales et Olfactives, Ecriture en cours : La Bête et la Belle,
retour en haut de page