• SIGNÉ DUMAS
  • Phèdre, ni de Racine, ni de Sénèque, ni d'Euripide
  • Speculum
  • Teaser littérature
  • Les yeux d'Anna (Lansman Editeur), mise en scène Cécile Tournesol
  • La mensuelle de janvier
  • En Aparté avec Huguette Hatem
  • Infiltration #4 – Range ton coeur et mange ta soupe de Marjorie Fabre
  • Atelier de mutualisation des outils de création
  • Mardis Midi : Il est parti, Gus

Tous les événements >

Espace adhérent

Rémy TENNERONI

ECCICA SUARELLA

Parcours

Rémy Tenneroni, 38 ans, originaire de Corse du Sud, est auteur, comédien et fondateur de la Compagnie Un100dit.

De formation initiale en S.T.A.P.S. option enseignement, il s’est ensuite dirigé vers la formation professionnelle en tant que  formateur dans un institut appartenant au mouvement d’Éducation Populaire. Validant par la suite un master 1 recherches en Sciences de l’Éducation et de la Formation, il s’est intéressé à la compétence collective. La somme de ces expériences associée à une pratique théâtrale amateur puis professionnelle a débouché quelques années plus tard sur la création de la compagnie Un100dit.

Touché par des auteurs à vif tels que Angelica Liddell, Wajdi Mouawad, Sarah Kane, il prend sa place de dramaturge et de scénariste dans un travail sur l’homme et ses ruptures : ces creux qui témoignent de la complexité de la nature humaine. Inscrit dans le sang est dans cette veine, tout comme Animal de ville (Avignon Off 2014 - Théâtre de la Rotonde), décrivant les pulsions, les sensations, les envies de SDF ; Le prince de nulle part ou la naissance d’un tyran, qui aborde les mécanismes du pouvoir ; Pupilles de la nature (Avignon Off 2015 Théâtre du Tremplin), questionnant les médias de masse et cette capacité à vendre l’héroïsme des criminels et la victimisation des disparues. Comme dramaturge, Rémy Tenneroni est fortement influencé par Antonin Artaud. Il utilise une langue organique, cruelle et rythmée pour défendre un théâtre physique et subversif. C’est encore le cas dans sa pièce K (pour Kamikazes) (Avignon Off 2017 Théâtre de la Rotonde), où deux jeunes en déshérence sociale décident de se faire sauter pour exister ; ou dans L’être sensible, inspiré de Van Gogh le suicidé de la société (Antonin Artaud, 1947)...

Au fil de ses rencontres et d'univers croisés, Rémy Tenneroni s'est essayé à la nouvelle, la poésie, à l'expérience particulière du scénario qui, en-dehors des espaces dialogués, laisse place à la projection d'un univers mental sur pellicule, et  – comme fatalement – le théâtre. L'écriture d'aujourd'hui se nourrit de celles d'hier. Ainsi la prégnance de la poésie se retrouve dans le recours à l'image qui implique le lecteur-spectateur comme autant de petites fabriques de l'imaginaire. Ce dernier est amené à créer, avec toute la crudité parfois de la langue de l'auteur, son propre espace de représentation.

Le lecteur-spectateur est placé dans une démarche active : les jeux de mots désarçonnent et offrent une nouvelle voie d'interprétation. La richesse renouvelée des signifiants repose aussi sur l'association de mots, telle que la pratiquaient les surréalistes, conduisant parfois à des logorrhées où pourrait se briser le souffle du comédien. Car c'est là une composante essentielle, Rémy Tenneroni est comédien, il écrit donc à "voix haute", il écrit dans le souffle de l'acteur. Le texte est la matière première que des corps vont transcrire, mâcher, digérer, vomir ou transcender. Le rythme, certes poétique, est ici dicté par la physicalité de l'écriture théâtrale. Écoutez cette voix poétique, crue parfois aussi, cette voix singulière qui cherche à ouvrir une brèche pour que s'instaure le dialogue.




Types d'interventions :

Rencontres, discussions, Lectures, cours de théâtre
Disciplines : Jeu, Mise en scène
Publics : Collège, Lycée, Adultes, Séniors

Ma démarche

La compagnie un100dit, créée en 2012, défend à l'aide de deux médias que sont le théâtre et le cinéma, l'idée d'engagement. En effet, la création artistique est entendue au sein de la compagnie comme le lieu de la parole qui incite le public à ne pas rester sourd à la tragédie contemporaine. Le nom de la compagnie est une référence à la pièce Incendies de Wajdi Mouawad, deuxième partie du cycle, Le sang des Promesses*, portée sur le plateau en 2003 et à l'écran en 2010 par Denis Villeneuve. Ce maillage entre ces deux arts est indiscutablement l'une des raisons pour lesquelles nous avons choisi ce nom. Un100dit c'est aussi un jeu de mots qui exprime que l'individu (un) s'adresse (dit) au nombre (100), à ses contemporains. Une adresse digne, non conforme, s’inscrivant dans le courant d’éducation populaire et ayant pour vocation première la subversion. La compagnie se revendique au-delà de la référence à Mouawad, comme une héritière des travaux d'Artaud, Novarina, Kane, Liddell... dans une recherche sans cesse renouvelée autour de la question du corps, des mots, de leur poésie et de leur crudité intrinsèques, de la physicalité de la parole: Travaux entrepris à partir de mes textes.

Mes ouvrages

Titre Infos
Odyssée mutilée (Sept 2017) Texte sur demande
Mohicans: Lux (Mars 2017) Texte sur demande
Résistances Un, Deux, Trois (Juin 2016) Texte sur demande
Promesse de Sang (Mars 2016) Texte sur demande
Kamikazes ou la lamentable tragédie humaine (Déc 2014) Réadaptée en 2017: K ou la lamentable tragédie humaine, variation Texte sur demande
Pupilles de la Nature (Mai 2014) Texte sur demande
Inscrit dans le sang (Juillet 2013) Publiée en janvier 2016 aux Editions Colonna
Animal de ville (Fév 2013) Publiée en partie dans la revue littéraire La main Millénaire
retour en haut de page