• Teaser littérature
  • Edition La Voyageuse-L'Harmattan 2019
  • Dans les forêts de Sibérie
  • SPECULUM
  • QdT / Comment le théâtre jeunesse se saisit-il des questions de société ?
  • QdT / Écritures de plateau au risque de l'acteur
  • Lecture d'un extrait de Jelly
  • ANNULATION : La mensuelle de décembre
  • Remise du Prix des Écrivains Associés du Théâtre
  • Mardis Midi : Bulles

Tous les événements >

Espace adhérent

Marc PERRIER

COULONGES SUR SARTHE

Parcours

Autodidacte, Marc Perrier considère comme un accident providentiel le métier d’auteur, succédant aux nombreux autres qu’il a exercés jusqu’à l’âge de trente six ans : météorologiste, disc-jockey, vendeur au porte à porte, photographe, journaliste, tout cela à Paris, en province, à Londres, à Ibiza, et au Sahara…

Estimant qu’on peut toujours changer sa vie quelque soit son âge, et la réinventer au fil de la curiosité et de la tolérance, son thème de prédilection est l’évolution des trajectoires personnelles, le délice de l’introspection, le déclic des rencontres improbables, le brassage des cultures…

C’est précisément le sujet de « Six heures au plus tard », que Claude Piéplu découvre un jour dans sa boîte aux lettres, lit d’une traite et décide de jouer, coûte que coûte… Le comédien ne ménagera pas ses efforts pour convaincre un théâtre parisien de monter la pièce d’un auteur inconnu, et, en décembre 1982, inaugure le rôle de Gus, dans sa propre mise en scène, au Lucernaire… Marc Perrier reçoit le prix des Talents Nouveaux 1983 décerné par la Société des Auteurs et Compositeurs Dramatiques. Après deux saisons à Paris et une tournée, la pièce sera par la suite adaptée et jouée en huit langues étrangères.

Les critiques y décèlent une originalité dans l’écriture au rythme cinématographique, si bien qu’on propose bientôt à l’auteur de collaborer à des scénarios, avec des réalisateurs d’univers très différents, parmi lesquels Jean-Claude Missiaen, Costra Gavras, Kijû Yoshida, et Luc Besson…
Eclectique, il travaille aussi pour la radio (France Inter et Radio Suisse Romande) et pour la télévision, principalement pour des dessins animés (dont Insektors, une série pionnière en 3D, récompensée d’une vingtaine de prix internationaux, et l’adaptation de la bédé culte Blake et Mortimer)… Il enseigne également, animant parfois des ateliers d’écriture, dont certains l’ont mené au Vietnam et à l’île de la Réunion, mais il n’a jamais cessé d’écrire pour le spectacle vivant : « Yes Madam ! », « Initiative personnelle », « Pudlag & Crottoc », et dernièrement, « La langue d’Albert », co-écrite avec Kana Yokomitsu.


retour en haut de page