Billet du mois - Octobre 2021

Billet du mois - Octobre 2021

"Je rentre à la maison, je dis fin Août sur le perron d’une cabane que je quittais, là-bas au bord d’un lac d’une beauté qui fait oublier la pire des années. Je n’ai pas écrit une ligne cet été- là, je n’ai fait que prendre et entendre. J’ai été lâchée, d’abord au festival d’Avignon, j’écris « lâcher » intentionnellement, parce que je me suis sentie comme ces vaches sauvées des camions qui les emmènent à l’abattoir. Une fois libérées et qu’elles redécouvrent les prés, elles gambadent et dansent joyeusement.

J’ai gambadé cet été dans les rues d’Avignon, tractant joyeusement libre, happée parfois quinze, vingt minutes par des femmes, des hommes bavard.e.s désireuses et désireux d’en savoir davantage. Que de beauté, me dit cette dame en me parlant d’un spectacle, et rajoute, c’est naïf, n’est-ce pas ? Je ne sais pas, je lui dis, mais ça à l’air tellement vrai ce que vous dites, j’ajoute, gambadant toujours. Affamé.es depuis trop de temps, barricadé.es, j’ai aimé leur famine, elle m’a donné l’envie de continuer quand il m’est arrivé de m’imaginer une autre vie, les jours de mélancolie. Repus, nous sommes revenus au pré et d’avoir, humblement, étanché un peu de leur soif a renourri le sens des mots, redorer les plateaux de théâtre que j’aime aimer comme le lieu de l’illusion réelle, de la fiction vraie. J’ai continué ma course effrénée à vélo, dans les forêts, sur les plages, sous la pluie souvent, mais peu importe ils, elles m’avaient redonné l’envie, la soif. Il y a tellement d’histoires encore à raconter. Maintenant rentrés et en ce mois d’Octobre, où la nuit se promet d’être plus longue que les jours, c’est ainsi.

L’actualité de, nous, autrices et auteurs de théâtre, est pleine de promesses de jour, de rencontres, d’histoires, de plateaux vibrants, de pages noircies, raturées et blanches aussi. Aux oubliettes les oiseaux de mauvais augures, les voix menteuses, celles qui étouffent nos rages, nos mots, qui tordent les réalités et voudraient empêcher celles et ceux au rendez-vous, notre soif est inextinguible. Je suis rentrée à la maison et enfin les mots reviennent. Faire taire les sirènes et rentrer à la maison."

Audrey Chapon - Membre de CA des E.A.T, Adhérente et trésorière des E.A.T Hauts de France

 

retour en haut de page