• L'homme qui faisait vieillir les femmes
  • SIGNÉ DUMAS
  • Phèdre, ni de Racine, ni de Sénèque, ni d'Euripide
  • L'Été en automne #10
  • Micro-trottoir #2 Avignon 2018
  • FOCUS #45 / GRÉGOIRE AUBERT
  • Micro-trottoir #3 Avignon 2018
  • Pauline Cariou, Chroniques d'une vie décalée!
  • Je lis dans tout
  • Les Révolutions Passives
  • La mensuelle de novembre
  • Les pavés de l'Enfer
  • Lecture mise en espace de : Un battements de cils et derrière tes paupières je serai là, toujours...
  • Mardis Midi : Et tout le tremblement
  • Presqu'illes
  • Micro-trottoir #4 Avignon 2018
  • Atelier de mutualisation des outils de création
  • Les roses blanches

Tous les événements >

L'édito du mois par Constance Émilie

 

 

 

 L'édito - février 2018

 

Peur que tu lises pas. Que tu lises. Que tu arrêtes de lire là, sur cette ligne. Là. Que tu passes, que tu cliques sur suivant.  Parce que, j’ai commencé à te parler. Sans savoir ce que je veux dire. Juste, déjà, j’ai envie de te parler. T’es toujours là ? Peur. Que tu sois pas d’accord ? Nul. Carrément. Parce qu’elle existe pas, en-dehors de moi, cette peur. Y’a rien. Le monde il me dit pas, d’avoir peur ? T’es toujours là ? Vrai, je dois pas avoir si peur que ça. Aussi…  Je dis plus « espoir » à cause de Camus mais, un truc comme ça, en plus concret. Parce que, si j’écris c’est bien que je pense, que je jetterai quelque chose dans le vide et que tu le rattraperas. Comme on se jette et se rattrape tous les jours, pas l’indéfini mais nous. Tant exposés à la peur primitive, qu’attirés par le vide. Comme par l’avenir.

 

Constance Émilie
Autrice, membre des E.A.T

 

 

 

retour en haut de page