• Parce que je le veux bien (dans la peau de Liliane B)
  • Teaser littérature
  • C'est bon. E ok. Rendben. This is just a story.
  • Focus #50 / Philippe Touzet
  • TextO'mino 2019
  • Avril de Sophie Merceron par la cie LTK productions
  • La mensuelle de juin
  • « LirEcrire » - restitution des ateliers en milieu scolaire
  • Prix E.A.T des Cent livres Emmanuelle-Marie 2019
  • Atelier de mutualisation des outils de création

Tous les événements >

L'édito du mois par Luc Tartar - 10/2018

 L'édito - octobre 2018

 

« Disparition d’Arcadi, réduction des missions de l’Agessa et réforme du régime social des auteurs, ambiguïté de la politique culturelle de l’État, âpres combats sur les droits numériques au niveau européen… : les sujets d’inquiétude ne manquent pas. Certes, le parlement européen a voté la réforme du droit d’auteur mais les lobbys restent actifs et un large pan de la société, notamment les jeunes, ne comprend pas les droits d’auteur.

Notre métier est menacé en premier lieu sur les revenus que nous tirons de notre écriture. Paradoxalement, l’auteur reste une figure, de qui on exige présence sur le terrain et disponibilité constante. On ne peut à la fois demander à l’auteur qu’il anime quantité d’ateliers d’écriture et de rencontres avec le public et se désintéresser de son travail artistique. A-t-on encore besoin des auteurs ? titrait l’an dernier un article de Libération. La vive réaction des auteurs est roborative. Elle sera dans l’action, dans la proposition et pas dans la plainte. Les États Généraux des écrivaines et écrivains de théâtre qui se mettent en place sont l’occasion d’une réflexion d’ensemble sur notre métier et d’une remise à plat sur bien des sujets. Le travail est grand. Rejoignez-nous ! »

 

Luc Tartar
Écrivain et Président de l’association Les Scènes Appartagées

 

 

 

 

retour en haut de page