• Quelques minutes de silence
  • Et pendant ce temps, Simone veille !
  • André Derain, lettres à Alice, Correspondance de guerre 1914-1919
  • Soutenez le court-métrage 'Présent d'Avenir'
  • VOEUX 2018
  • Atelier d’écriture historique
  • LA MENSUELLE DE JANVIER
  • Livret de famille
  • LES E.A.T FONT LEUR CINÉMA
  • Les EAT font leur cinéma
  • Publication de 'La mer qu'on voit danser / The crossing'
  • Les Mardis Midi : Le Projet
  • 'OpenSpace' de Sylvain Renard
  • Atelier de mutualisation des outils de création
  • Livret de famille
  • Écrire un récit historique
  • Lecture E.A.T-Hauts-de-France

Tous les événements >

L'édito du mois par Philippe Touzet, président

 

 

 

 L'édito - janvier 2018

 

2018, l'année des huîtres... En tant qu'originaire du Bassin d'Arcachon, je dois avouer que c'est tentant... Ça ferait une super intro. Mais bon, dans l'édito de janvier du président des Écrivains Associés du Théâtre (E.A.T), ça pourrait surprendre...

Ma mère, assise dans son fauteuil, en train de lire un hors-série sur Johnny-sa-vie-son-oeuvre voit bien que ça n'avance pas... Qu'au niveau de l'inspiration, j'en suis à noir, c'est noir, il n'y a plus d'espoir. Pourquoi, tu leur souhaites pas Bonne année et Bonne santé ? Merci maman, ça m'aide beaucoup...

Du coup, je vais voir mes filles dans leur chambre, elles jouent au Cluedo et j'ai l'impression que le colonel Moutarde est mal barré avec sa barre de fer... Je leur dis ce qui me tracasse. T'as qu'à dire aux auteurs et aux autrices (j'invente pas, mes filles disent autrices), qu'il faut qu'ils écrivent plein d'aventures, avec plein de couleurs même s'ils écrivent en noir et blanc, et puis... Il faut surtout qu'ils écrivent. Un écrivain, ça doit écrire, c'est fait pour ça. Un écrivain qui n'écrit pas, il est malheureux, et puis du coup, le lecteur, il est malheureux aussi parce qu'il ne peut pas lire ce que l'écrivain n'a pas écrit... Merci les filles, maintenant mon édito est sur roulement à billes.

Dans le couloir de mon manoir à loyer modéré, je croise ma compagne et je lui fais part de mes questionnements. Insiste sur le côté politique, il n'y a pas assez d'auteurs et d'autrices à la tête des théâtres, il n'y a pas assez d'auteurs et d'autrices en qualité d'artistes associés dans les théâtres, les commandes d'écritures diminuent, les résidences aussi, ou alors on vous prend pour des animateurs socio-culturels, les auteurs et les autrices de théâtre ont de plus en plus de mal à vivre, à survivre de leur métier. La plupart d'entre vous, vous êtes également intermittents du spectacle, alors, quand on additionne de la précarité à de la précarité, on tombe dans la pauvreté. Merci à celle qui m'accompagne...

Je retourne, tout ragaillardi vers mon ordinateur, j'ai du pain sur la planche et en parlant de ça, ma mère me dit, si tu veux du pain perdu, faut aller le chercher à la boulangerie... Et me voilà devant la boulangère, comme y a personne, on discute et là, elle s'énerve, faut pas lâcher l'affaire, les auteurs, faut pas vous laisser faire par tous ces salopards qui parlent de la gratuité qui favorise la circulation des œuvres, qui permet l’accès à la culture pour tous, mon cul oui ! C'est pour s'en mettre plein les fouilles sur le dos de ceux qui bossent ! Une télé sans auteur, c'est aussi con qu'un repas sans pain ! Et du théâtre sans auteur, alors là, franchement, je vois pas, c'est aussi con qu'un sandwich sans pain... Et sans cornichon.

Je sursaute, quelqu'un me grattouille l'épaule sans mon autorisation, je me retourne et fais face à un vieux monsieur, je ne l'ai pas entendu entrer, manteau, chapeau, parapluie, petites lunettes, on dirait qu'il est sorti d'un dessin de Sempé... Vous les créateurs, vous êtes le sel et le poivre dans un monde sans saveur. Et pour le monsieur, qu'est-ce que ça sera ? Ça sera 2018, une bonne année, une bonne santé, avec plein d'aventures en couleur sur le papier et dans la tête et 2018 bonnes raisons de poursuivre le combat, sans rien lâcher, pour les autrices et les auteurs de théâtre. Pour retrouver la dignité perdue, volée de notre métier. Et aussi 2018 bonnes raisons de se démener, de mouiller le maillot pour que les spectateurs et les spectatrices d'aujourd'hui puissent découvrir, dans de bonnes conditions, pas comme dans le off d'Avignon, les voix multiples et variées des écrivains de théâtre de maintenant !

 

Philippe Touzet
Président des Écrivains Associés du Théâtre (E.A.T)

 

 

 

retour en haut de page