• Edition La Voyageuse-L'Harmattan 2019
  • La dernière fille du soleil
  • Captation intégrale de

Tous les événements >

Le billet du mois par Lise Martin

 LE BILLET - JUILLET 2020

 

La Tour Eiffel est réouverte. Ouf ! Et elle a été repeinte en vert par des artistes qui avaient du temps libre. Génial ! Les artistes savent se réinventer. Le Ministre de la Culture avait raison nous pouvons réinventer le monde sans un sou. Il suffit de faire preuve d’un peu d’imagination.

L’imagination, ça ne coûte rien. Le monde est bouleversé. Bouleversons le monde. Soyons créatifs. Transformons le plomb en or. Certains sont déjà à la manœuvre.

Des metteurs en scène ont déclaré que jouer à distance créera probablement une tension dramatique intéressante, voire forte ou conceptuelle ! Allez les artistes tordons le cou au Covid qui certes nous prive de notre outil de travail « but we can breathe. » 

Et puis Franck Riester a déclaré que le secteur de la Culture allait bénéficier d’un plan exceptionnel d’aide de 5 milliards. Un soutien historique. On voudrait juste savoir comment sera réparti l’argent et quand ? Et sous quelles conditions ? On verra plus tard. 

L’Etat s’occupe d’abord de sauver les grandes entreprises en irriguant à coups de milliards les fleurons de l’industrie. Il faut sauver Renault, une dizaine de milliards, et un plan de licenciement à la clef. La culture rapporte plus que l’industrie automobile. L’ensemble des activités culturelles rapporte 7 fois plus au PIB français, avec 57,8 milliards d’euros en valeur ajoutée par an. Son coût total pour la collectivité approche 21,5 milliards. 

Ah ! tous ces chiffres, les créateurs, artistes, autrices, auteurs, écrivains, écrivaines, peintres, photographes… ils n’en ont cure. Ils sont au-dessus. Vieilles rengaines éculées. 

Aujourd’hui, nous E.A.T, devons penser à d’autres modèles pour défendre nos droits. Notre vigilance et notre pugnacité serviront nos intérêts artistiques. L’engagement, au sein de l’association, de chacun de nous, fera la différence, dans la perspective d’une véritable reconnaissance, afin de vivre dignement de notre métier. 

Bel été à vous toutes et à vous tous. 

 

 

Lise Martin

 

retour en haut de page