• Teaser littérature
  • Edition La Voyageuse-L'Harmattan 2019
  • Dans les forêts de Sibérie
  • La personne qui te harrr
  • Apéro Entre-Metteurs : Écrire le théâtre au féminin
  • Madre mía
  • Atelier de mutualisation des outils de création
  • ARIZONA
  • La très lamentable histoire de Charles et Irène Trouvé
  • SPECULUM
  • Quiprocosmos/ Comédie d'anticipation
  • La mensuelle de novembre
  • Mardis Midi : Vieux blond
  • En Aparté avec Jean-Christophe Dollé
  • Lecture de « L’occupation », dans le cadre des « Écritures en chantier » des E.A.T-Atlantique
  • Salon des Auteurs de Théâtre
  • Mes pas captent le vent
  • Waël, roi d'Angleterre - Poésie documentaire, illustré jeunesse
  • La personne qui te harrr
  • Présélection prix littéraire
  • Comptoir d'auteur au Salon du livre et de la presse jeunesse de Montreuil

Tous les événements >

Le billet du mois par Vincent Dheygre

 

LE BILLET - NOVEMBRE 2019

 

 

« Ce qui ne me fait pas mourir rend plus fort. »

 

Vous n’aviez pas prévu – et moi non plus- d’élire un Président en kit, façon étagère Ikéa, en 19 pièces, soient douze fractures de côtes et de clavicule. Cette expérience ô combien douloureuse n’ayant pas soustrait définitivement aux E.A.T sa représentation officielle, l’association en est donc, selon Nietzsche, devenue plus forte.

Mais avant d’interroger cette philosophie de la blessure, je remercie toutes celles et ceux qui m’ont envoyé des messages de sympathie ou qui m’ont accompagné tout au long de cette épreuve. Lors des premières soixante-douze heures, ces messages étaient souvent les seuls dérivatifs à la douleur, là où les drogues médicinales étaient tenues en échec. Puisse cet esprit de corps, cette chaleur humaine, ce surcroit d’âme associative, s’exprimer à chaque fois qu’une adhérente ou qu’un adhérent croise sur son chemin les aléas ou les accidents de la vie.

Revenons à Nietzsche… Il n’y avait pas pire moment pour une vacance présidentielle : tout début de mandat, nombreux rendez-vous institutionnels à honorer, conception des projets, nouvelle équipe. Le risque était grand que l’association en soit déstabilisée. Mais l’ensemble du bureau, sous la magistrale égide de Dominique Paquet, s’est immédiatement mobilisé pour palier cette absence ; au point de cantonner la présidence des E.A.T au rôle de la reine d’Angleterre au moment du Brexit, ce qui témoigne du degré d’engagement de vos élus. Qu’ils en soient eux aussi chaleureusement remerciés !

Cet accident m’a aussi permis de percevoir une nouvelle fois la fragilité sociale et administrative de l’auteur quand il est empêché d’écrire. De retour au sein de notre « République des lettres », toujours aussi motivé sinon plus pour travailler à la défense et à l’amélioration du statut de l’auteur, je compte avec les autres élus du bureau sur votre soutien, votre engagement, et votre participation active afin de relever les nombreux défis qui s’annoncent.

Ainsi nous devrons faire face à la réduction drastique des fictions radio à l’antenne de France Inter, continuer de suivre et de vous informer des mécanismes de compensation de hausse de la CSG, travailler au sein du CPE à la reddition biannuelle des comptes d’auteur et à l’augmentation de la part auteur à 10% sur la vente des livres, être attentifs à la réforme de notre régime de retraite, mettre en place un comité de pilotage relatif à la gouvernance de notre protection sociale avec douze autres organisations professionnelles, examiner les conséquences de la suppression sans concertation préalable de la taxe fiscale collectée par l’Association de Soutien au Théâtre Privé : nous avons du pain sur les planches !

Voilà presque 20 ans, beaucoup prédisaient aux E.A.T une mort rapide. Les auteurs vivants ? Même pas morts ! Et ce qui ne fait pas mourir rend plus fort !

 

VINCENT DHEYGRE
Auteur et Président des Écrivains Associés du Théâtre

 

 

retour en haut de page