• Parce que je le veux bien (dans la peau de Liliane B)
  • Teaser littérature
  • "Oiseau de malheur", nouvelle - Concours ShortEdition
  • "Un moine peut en cacher un autre", nouvelle - Prix Léonard de Vinci - ShortEdition
  • 5 ans d'âge, drame drolatique
  • La Folle Comédie sera créée par le Club théâtre du collège français de Toronto
  • Focus #49 / David Nathanson
  • C'est bon. E ok. Rendben. This is just a story.
  • La mensuelle de mai
  • Résidence éphémère
  • La fête de la terre et des mots
  • Atelier de mutualisation des outils de création
  • Mardis Midi : Tom
  • Total Action
  • En Aparté avec Natacha de Pontcharra
  • La pelle et l'aspirateur

Tous les événements >

Le billet du mois par Samantha Bailly

Mai 2019

 

 

 

 

 

 LE BILLET - MAI 2019

 

 

« Il n’a échappé à personne que le climat social actuel pour les auteurs est extrêmement difficile : chute des rémunérations, hausse des cotisations, réformes multiples sans anticipation de nos spécificités... Le 1er janvier 2019 est un couperet qui est tombé, mettant en exergue les limites de notre système actuel et les injonctions contradictoires desquelles nous sommes prisonniers. Quand le droit d'auteur rencontre le droit social et les réformes transversales, la collision est rude. Ce qui se joue cette année, c’est l’avenir d’un métier déjà très fragilisé, le métier d’écrire, de traduire et d’illustrer. Il est grand temps que l’avenir des auteurs de ce pays soit pris en main, avec un vrai souci d’équité. Il est grand temps qu’une réflexion profonde soit conduite.
Aujourd’hui, nous exigeons des mesures fortes, des avancées concrètes, une volonté politique affirmée, à la hauteur de la gravité qui plane sur la culture française. C'est dans cette logique que nous avons lancé, tous ensemble, la campagne www.extinction-culturelle.fr : pour faire entendre nos voix, pour sensibiliser les parlementaires, pour agir, pour qu'enfin un changement s'opère. Nous le rappelons encore : pas d’auteur, pas de livre. Protéger, anticiper, encadrer la situation des auteurs et autrices, c’est sauver la vitalité créative française.
Protéger notre statut ? Bien sûr, mais pas seulement : il faut le renforcer et même l’améliorer. Il faut tirer les leçons des erreurs de l’État et réparer les préjudices. Ce statut doit être dessiné et construit avec les auteurs, et non pas sans eux. Ce travail titanesque, cette prise de conscience commune, nous souhaitons qu'elle soit collective, et ce peu importe notre secteur. Car même si nous créons bien souvent de façon solitaire, nous formons, tous ensemble, une profession.

SAMANTHA BAILLY
Autrice et scénariste
Présidente de la Ligue des Auteurs Professionnels

 

 

retour en haut de page