Retour aux actualités

Édito du mois d’octobre 2022

Enseigner la dramaturgie.

Je mène des ateliers d’écriture depuis quelques années sur la proposition de l’autrice Sylvie Chenus qui m’a transmis sa propre conception, dans laquelle il s’agit plus d’accompagner que d’enseigner. Car une fois les règles de base énoncées puis démenties – il y a des personnages ou pas, des dialogues ou pas, une action ou pas, une narration ou pas, une histoire ou des histoires – l’essentiel c’est le théâtre, ce qui fait théâtre. Et pour le savoir, il faut l’éprouver c’est-à-dire lire et faire lire des pièces à voix haute, pour ressentir ce que certaines écritures, certains rythmes, provoquent dans les corps, comment les auteur.ices d’aujourd’hui s’y prennent pour faire surgir l’émotion, grâce à une adresse, du silence, une certaine façon d’assembler les mots, de tordre la langue, pour faire entendre ce qui n’est pas dit. Et une fois qu’on a éprouvé ce qui fait théâtre, une fois balayées les idées qu’on se faisait du théâtre, s’y aventurer en s’inspirant d’une part de toutes les pistes ouvertes par les auteur.ices, et d’autre part de ce qui nous entoure, ce monde dans lequel nous vivons, tenter d’y apporter sa voix personnelle. Et ce matériau, le creuser, l’enrichir en le questionnant et de nouveau lire à voix haute, et faire cette expérience d’entendre son propre texte lu par les autres. Tout est là, ça fonctionne, ou pas. D’abord on écrit et après on travaille. Et le travail consiste avant tout à prendre conscience de ce qu’on a écrit, c’est mon rôle, avec le groupe, de mettre du jeu entre l’écrivant.e et son texte, jeu dans le sens de distance et bien sûr, dans le sens de jouer. 

 

Catherine Benhamou, autrice, mène des ateliers d’écriture à Paris III-Sorbonne Nouvelle dans le cadre de la licence professionnelle de théâtre et à Aleph-écriture.

 

Rejoignez-nous sur nos réseaux sociaux

Restez informés sur l’actualité des E.A.T
en vous inscrivant à notre newsletter