Jeudis midi

Jeudi Midi – Brouillards

Jeudi 16 février 2023 à 12h30

Brouillards – Jeudi 16 février 2023 à 12h30

Texte de Simon Grangeat • Maquette d’Éric Verdin.

Jordy est un jeune garçon qui navigue depuis sa petite enfance de services sociaux en familles d’accueil, de services sociaux en foyers d’hébergement. Il a seize ans lorsque la pièce commence. C’est l’automne de sa vie – phrase qu’il aime répéter à qui veut bien l’entendre.

« Avec Brouillards, Simon Grangeat a composé un texte à la fois puissant et raffiné. Puissant, parce qu’il fait entendre les sentiments avec toute l’ampleur de la tragédie qui s’annonce : solitude, abandon, rage, espoir, passion, révolte. La langue du texte nous plonge purement au cœur des sensations chaotiques des protagonistes. Raffiné, parce que l’auteur réalise l’exploit d’une narration toute en délicatesse, trouvant la précision absolue des mots qu’on a, mais aussi des mots qu’on n’a pas, ou qu’on a mal. Il évite ainsi tous les pièges du pathos ou du voyeurisme, en utilisant notamment le chant contemporain le plus théâtral (au sens antique du terme) qui soit : le rap. Entre autres sujets, Brouillards pose en creux la question des engagements. Être mère, être ami, être adulte, aimer et être aimé, faire société, cela nécessite un engagement dont on ne saura à l’avance s’il sera tenu. Car à quelle hauteur ? Et de quelle longueur ? Cela ne va pas de soi. Cela fait beaucoup. Cela fait trop, parfois, et on ne parvient pas à sortir du brouillard, qui nous perd, nous étouffe, nous efface, nous rend invisible. C’est pourtant le seul moyen de ne pas abandonner. De ne pas être dévasté par la solitude. De tenir bon, vaille que vaille, encore vivants.
Qui vive, c’est d‘ailleurs l’ancien titre de Brouillards. » Eric Verdin

Inscription

Partager cet évenement

Intervenants

Simon Grangeat

Auteur

Éric Verdin

Metteur en scène

Éric Verdin est diplômé de l’ESAD. Comédien, il a notamment travaillé avec Jean-Michel Ribes, Daniel Mesguich, Marion Bierry, Jean-Marie Villégier, Pascal Antonini, Jean-Luc Revol. Il vient de créer Un sacre, dirigé par Lorraine de Sagazan, et Gulliver, dirigé par Christian Hecq et Valérie Lesort.

À l’écran, il travaille notamment pour Audrey Diwan, Patrice Leconte, Jean-Pierre Améris, Hélier Cisterne, Noémie Saglio, Blandine Lenoir, Cathy Vernet, Nina Companeez.

Metteur en scène, il a monté notamment Beckett, Koltès, Purcell, Pliya, Thiéry, ainsi que ses propres textes.

Auteur, il a écrit et mis en scène avec Florence Muller La Beauté, recherche et développements ainsi que La Queue du Mickey, texte lauréat du Fonds Sacd 2016. Ces deux textes sont édités chez Actes Sud – Papiers.

Comédiens et comédiennes

Eric Verdin

Louise Orry-Diqueiro

Jeanne Favre

Mathieu Perotto

Eugène Verdin - à la musique

Jeudis midi

Jeudi Midi – Sucré seize (huit filles)

19 janvier 2023 - 12h30

Sucré Seize (huit filles) – Jeudi 19 janvier 2023 à 12h30

Texte de Suzie Bastien (édité aux ed. Lansman) • Maquette d’Aglaé Bondon du élève du Studio | ESCA, École Supérieure de Comédien.ne.s par l’Alternance.

Huit filles de 16 ans, huit monologues. Huit portraits sur le vif et à vif. Huit histoires distinctes qui composent une partie de la psyché de jeunes filles au seuil de l’âge adulte, aux prises avec des questionnements liés au contrôle : le perdre ou en être obsédé.
Chansons, poésies, éclats de vies. Comment se dégager des règles, comment en créer de nouvelles ? Portraits de leurs étonnements, leurs éblouissements, leurs écorchures, leurs dérapages, leurs colères.

Suzie Bastien nous a quitté en 2021. Avec ce Jeudi Midi, nous souhaitons lui rendre hommage.

 

Inscription

Partager cet évenement

Huit jeunes femmes entre l’adolescence et l’âge adulte. Dans la découverte d’elles-mêmes, des autres et du monde. Entre le désir et la peur d’y plonger. Sur un fil. S’enfermer ou se jeter ? Garder le contrôle ou le perdre, et jusqu’où ? Rester sage ou braver les interdits ? Et rêver alors ? Se laisser aspirer par un curieux élan de vie ? Seize ans. Quel est ce passage chaotique et vertigineux ? 

Quatre comédiennes mettent en voix les récits de ces huit filles. Elles sont Émilie embrasse Samir, Dalie et le paradis perdu, Frida s’en va ou encore Zoé la nuit. Leurs paroles, tantôt fleuve, tantôt versifiées sont entrecoupées de chansons qui sont autant d’envolées, d’échappées à leur solitude. Les comédiennes tissent un fil entre récits et chansons, mêlent leurs voix, chantent, comme pour célébrer toutes ces filles et « faire entendre ce qui hurle sans bruit. »

Autrice et metteuse en scène

Suzie Bastien

Autrice

Aglaé Bondon

Metteuse en scène - élève du Studio | ESCA, École Supérieure de Comédien.ne.s par l’Alternance

Comédiennes élèves du Studio | ESCA, École Supérieure de Comédien.ne.s par l’Alternance

Héloïse Werther

Mélisende Marchand

Rose Noël

Milla Nizard

Jeudis midi

Jeudis midi – Retournement

15 décembre 2022 - 12h30

Un jeudi par mois, faites un pas de côté et venez prendre une pause déjeuner culturelle. Profitez d’une heure d’évasion pour découvrir des pièces contemporaines remarquées par les comités de lecture des E.A.T et mises en maquette au Théâtre de l’Opprimé.

Un texte d’Agnès Marietta et une maquette de Janice Szczypawka.

Le Pater et la Mater ont quitté leur pays d’origine il y a vingt ans. Leurs enfants, un fils et une fille sont nés ici, ont grandi dans ce quartier. Le Pater est reparti, seul. Pour un temps, disait-il. Ce temps a duré douze ans. Quand il débarque, sans prévenir, personne ne sait ce qu’il vient chercher. La Mater voit ce retour comme l’occasion rêvée de remettre leur fils sur le droit chemin. Mais père et fils ne parlent pas le même langage. La fille, elle, reste à distance, observe ce père qui ne dit pas les mots qu’elle attend. Entre les époux, il y a une gêne, un mutisme, une séparation qui ne veut pas dire son nom. La voisine, aux aguets, prévient l’une, informe l’autre, toujours prête à rendre service ou compliquer les choses. Le collègue de la Mater, semble très inquiet de la présence d’un homme dans cette maison.

Les personnages, coincés dans un manège. À chaque tour, les cartes sont rebattues, creusent les écarts ou modifient les alliances.

Inscription

Partager cet évenement

Autrice / Metteuse en scène

Agnès Marietta

Autrice

J’ai écrit ma première pièce à vingt ans. Je venais de rencontrer Michel Marietta, le plus beau, le meilleur comédien du monde. Je lui ai donc écrit Passage à vide. Il l’a mise en scène. Ensemble, nous avons créé notre compagnie, Travaux Publics. Pièce après pièce – Il y longtemps que je t’aime, Comme dans du verre brisé, Aujourd’hui plus que jamais, Cœur de

Cible, Suite parentale, À double tranchant – nous nous sommes raconté, réinventé. À quarante ans moins une, mon premier roman N’attendez pas trop longtemps a été publié chez Anne Carrière (2006) puis chez Pocket. Puis un deuxième, Tout pour toi (2009). Trente-cinq après ma première pièce, j’écris toujours selon mes rencontres, mes urgences. Quelque chose a changé, cependant : aujourd’hui, je suis autrice.

Janice Szczypawka

Metteuse en scène

Janice Szczypawka est comédienne, metteuse en scène et autrice. Elle a grandi en Lorraine. Après une licence en arts plastiques effectuée entre Metz, Trois-Rivières au Québec, et Paris et en parallèle à son master en médiation de l’art contemporain à Paris VIII, elle se forme à l’art dramatique et au jeu masqué au conservatoire intercommunal du Val de Bièvre. En 2016, elle entre au conservatoire à rayonnement régional de Paris et travaille notamment avec Marc Ernotte, Sophie Loucachevsky, Thierry Thieu Niang, Ludor Citrik, Isabelle Lafon.

En 2018, elle co-fonde La Mascarade, festival de jeune création théâtrale, en Picardie.

La même année, elle crée la compagnie Kruk.

Ni couronne ni plaque est sa première création, et obtient la mention spéciale du jury du Prix Théâtre 13 Jeunes metteurs en scène 2019.

En 2021, elle crée Florès, seconde création de la compagnie, accompagnée à la dramaturgie par Charlotte Lagrange. 

D’octobre 2021 à juin 2022, elle est comédienne associée au Théâtre de la Manufacture, Centre Dramatique National de Nancy, direction Julia Vidit.

Aujourd’hui, elle travaille sur le troisième projet de la compagnie Kruk, Les gosses.

Comédiens et Comédiennes

Sabrina Baldassarra

Clara Lama Schmit

Victor Lafrej

Harrison MPaya

François Clavier

Janice Szczypawka

Jeudis midi

Jeudis midi – Mum

24 novembre 2022 - 12h30

Un jeudi par mois, faites un pas de côté et venez prendre une pause déjeuner culturelle. Profitez d’une heure d’évasion pour découvrir des pièces contemporaines remarquées par les comités de lecture des E.A.T et mises en maquette au Théâtre de l’Opprimé.

Un texte de Joey Elmaleh et une maquette des élèves du Studio JLMB, école itinérante de formation de l’acteur – Gabriel Le Roux et Léa Casadamont.

J’ai eu envie de vous parler de ma mère. Nous nous aimions follement et j’étais son spectateur assidu. En mourant elle m’a laissé notre histoire et d’autres moins reluisantes. Je vais les partager comme elles sont : en morceaux. Un texte en lambeaux, instantanés d’une relation mère-fils hors-norme. Nelly, la mère, Joey le fils et des répliques non distribuées qui se donnent comme un chœur qui prolonge le regard de Joey sur sa mère, instillant l’humour noir, la musicalité du texte et une énergie de plateau preste. Autofiction fragmentaire et délirante où la défunte est convoquée. Elle va venir. Sous les traits d’une actrice, à travers un vêtement qu’elle aurait porté ou une chanson aimée.

Inscription

Partager cet évenement

Auteur

Joey Elmaleh

Auteur

Léa Casadamont

Metteuse en scène du Studio JLMB, école itinérante de formation de l’acteur

Gabriel Le Roux

Metteur en scène du Studio JLMB, école itinérante de formation de l’acteur

Comédiens et Comédiennes

Sonia Georges

Jules Boutteville

Wadih Cormier

Jeudis midi

Jeudis midis – Utopie\Viande

20 octobre 2022 - 12h30

Un jeudi par mois, faites un pas de côté et venez prendre une pause déjeuner culturelle. Profitez d’une heure d’évasion pour découvrir des pièces contemporaines remarquées par les comités de lecture des E.A.T et mises en maquette au Théâtre de l’Opprimé.

Un texte d’Alexandre Horréard et une maquette de Kamal Rawas.

Si le temps de l’abondance est terminé, celui de la viande l’est aussi. C’est du moins ce que compte déclarer Eda, une figure montante du paysage politique. Paradoxe ? Eda ressent le besoin de manger une dernière fois un morceau de viande saignante avant son intervention télévisée. Ce besoin de viande est aussi besoin de chair. La fin de l’une provoquerait-t-elle la faim de l’autre ? Et pour celui en charge de la découpe des animaux, que reste-t-il à découper ? Dans ce texte, le sous texte est dit. Les personnages livrent leurs pensées à voix haute, tout en dialoguant les uns avec les autres. Ce double jeu est à la fois très stimulant pour le jeu d’acteur, qui passe incessamment d’une voix intime à une voix sociale, mais également pour le spectateur car il procède de l’ironie dramatique : il en sait plus que le personnage qui est l’objet de ces pensées. Par ailleurs, le montage très dynamique des scènes, les changements de lieux, les ellipses et la langue même, tout cela confère à ce texte beaucoup de densité et de nervosité. Il y a du muscle dans cette viande!
Kamal Rawas

Inscription

Partager cet évenement

Eda, jeune ministre, s’apprête à donner un discours important sur des mesures écologiques importantes. Elle est soutenue par son mari Auguste et par la jeune fille au pair qui l’admire, Ines. Georges, ouvrier boucher, s’apprête à écouter le discours qui va changer sa vie. Uchronie noire et grise sur notre société, son rapport à l’écologie, à l’espoir, mais aussi et surtout à la violence et au sacrifice. Les violences systémiques et les violences personnelles sont-elles semblables ? S’éclairent-elles ? La violence est-elle inévitable ?
Récit sur les gagnants et les perdants. Sur l’inévitable sacrifice. Sur les bonnes intentions et sur les mauvaises. Sur les chemins que nous voulons prendre, et sur les conséquences… Y a-t-il une échappatoire au couteau sacrificiel?

Intervenants

Alexandre Horréard

Auteur

Après être sorti du cours Florent en 2019, Alexandre Horréard met en scène le spectacle Feu rouge, créé à Gare au Théâtre.
Il met en scène La Petite dans la forêt profonde de Philippe Minyana aux Déchargeurs en 2022. La création de sa pièce Grand-duc est prévue en 2023 à Théâtre Ouvert.  Sa pièce Utopie\Viande a obtenu le Prix E.A.T Tout Public 2021, est lauréate du Plongeoir, Prix du jury et du public du Prix Bernard-Marie Koltès et est lauréat de l’aide à la création d’ARTCENA. Elle est éditée aux édition Les Cygnes et il la met en voix au Nouveau Gare au Théâtre et au Théâtre du Rond-point. Sa pièce Les Animaux est lauréate du festival Texte En Cours.

Kamal Rawas

Metteur en scène

Kamal Rawas est comédien et auteur membre du bureau des E.A.T. Il est né à Lyon en 1968, de parents venus de Norvège et du Liban. Il passe son enfance en Provence, avant d’aller suivre des études scientifiques à Toulouse, puis de bifurquer vers le théâtre. Comédien et metteur en scène, il se met à l’écriture dramatique avec Le Projet Phénix, une comédie sociale qui sera jouée sur deux ans à Nantes et Paris. Il rejoint alors les E.A.T-Atlantique et poursuit son travail d’écriture avec une dizaine de pièces. La dernière, Les Milles empreintes, est un texte de théâtre immersif qui s’inspire de l’histoire du camp des Milles en Provence. Elle est publiée chez L’Harmattan.

Comédiens

Jean-Pierre Thiercelin

Kamal Rawas

Cécile Thiercelin

Julia Lemaire

Jeudis midi

Jeudis Midi – Nécropole intérieure

22 septembre - 12h30

Un jeudi par mois, faites un pas de côté et venez prendre une pause déjeuner culturelle. Profitez d’une heure d’évasion pour découvrir des pièces contemporaines remarquées par les comités de lecture des E.A.T et mises en maquette au Théâtre de l’Opprimé.

Texte de Claude Mamier • Maquette Flore Grimaud

Nécropole intérieure est un monologue prévu pour un comédien. L’homme qui parle est profondément affecté par la mort de sa fille Sarah, une jeune femme qui vient de se tuer en voiture. Affecté au point qu’il s’installe dans une caravane en bordure de la route, à l’endroit où l’accident a eu lieu. Au départ, il a juste l’intention de lui construire une petite chapelle car il estime que les disparus doivent être honorés à l’endroit où ils sont morts – où leur âme se trouve peut-être encore – plutôt que dans un cimetière. Mais cette idée de monument tourne à l’obsession. Le père en deuil bâtit bientôt un mur pour protéger la chapelle, puis transforme cette chapelle en véritable maison destinée à la morte. Pendant ce temps, au fil des souvenirs, se dévoilent peu à peu les relations troubles que l’homme entretenait avec sa fille. Jusqu’à ce que cet étrange bâtisseur attire l’attention sur lui et que son délire, rattrapé par le monde réel, lui soit fatal.

Inscription

Partager cet évenement

Intervenants

Claude Mamier

Auteur

Claude Mamier ne cache rien, mais il ne dit pas grand-chose.

En 2003, à la sortie de son premier recueil de nouvelles, il se débarrasse de sa pelure de salarié pour entreprendre un tour du monde de 1001 nuits à la recherche des contes traditionnels. Trente pays plus tard, il revient en France et s’installe à Albi, par amour de la bonne chère et par amour tout court. S’ensuivent trois autres recueils de nouvelles et un roman. Écrivain et traducteur littéraire dans les domaines du fantastique et de la science-fi ction, Claude sait aussi se faire conteur sous le nom de Claudio le Vagabond. Autrement dit, il passe son temps à raconter des histoires, les siennes ou celles des autres. Ce qui est
un beau métier.

Flore Grimaud

Metteuse en scène

Flore Grimaud est comédienne, autrice, formée à l’ERACM (École régionale d’acteurs de Cannes et Marseille). Elle joue aux Tréteaux de France les grands rôles du répertoire mise en scène par Marcel Maréchal puis avec Hans Peter Cloos, Philippe Chemin, René Chéneaux, Alexandra Tobelaim, Sarah Capony, Manuel Durand, Camille Pawlotsky, Heidi-Eva Clavier… Elle tourne aussi pour la TV et le cinéma. Elle écrit ses pièces Je descends souvent dans ton coeur, Spéculum avec Delphine Biard et Caroline Sahuquet, La Fille à l’écorce argentée, Victorine Coquil sans âge. Nous sommes Septembre est sa quatrième pièce, elle vient de recevoir la bourse Théâtre du Centre National du Livre pour l’écrire et le soutien Adami déclencheur pour le créer.

Comédiens

Rejoignez-nous sur nos réseaux sociaux

Restez informés sur l’actualité des E.A.T
en vous inscrivant à notre newsletter